La filière de l’ingénierie et de la maîtrise d’œuvre alerte les préfets et plaide pour une complémentarité entre ingénieries publiques et privées

La filière de l’ingénierie et de la maîtrise d’œuvre alerte les préfets et plaide pour une complémentarité entre ingénieries publiques et privées

 

Les entreprises privées de la filière construction (architecture, maitrise d’œuvre, assistance à maîtrise d’ouvrage, géomètres-experts, bureaux d’études techniques et sociétés d’ingénierie) parlent d’une seule voix et interpellent les préfets dans les territoires pour rappeler leur rôle essentiel à l’heure où le gouvernement a décrété la relance. Complémentarité entre ingénierie publique et privée, mise en place de l’Agence Nationale pour la Cohésion des Territoires (ANCT) pilotée au niveau local par les préfets, rôle essentiel joué par les TPE et PME des prestations de services intellectuels dans le développement des territoires sont autant de sujets soulevés par CINOV, Syntec Ingénierie, l’UNGE, l’UNFSA et SYNAMOME dans un courrier commun envoyé cette semaine à destination des préfets de départements et de régions. Cette action d’influence concertée est portée par l’intersyndicale du bâtiment qui se réunit régulièrement depuis le début de la crise du Covid-19.

 

A l’attention de Mesdames et Messieurs les Préfets de département Paris,

le 15 Septembre 2020

 

Objet : complémentarité des ingénieries publiques et privées dans les territoires

 

Monsieur le Préfet, Les entreprises privées de la filière construction (les professionnels de l’architecture, de la maitrise d’œuvre, de l’assistance à maîtrise d’ouvrage, les géomètres-experts, les bureaux d’études techniques et les sociétés d’ingénierie) représentent un maillon essentiel de l’économie des territoires. Ce sont 90 000 entreprises employant 1.6 million de collaborateurs qui fournissent des services fondamentaux et innovants aux collectivités territoriales dans de nombreux domaines (infrastructure, bâtiment, eau, énergie, acoustique, ergonomie, mobilité, etc.). Ces entreprises, majoritairement des TPE et des PME, sont à la pointe pour accompagner et faciliter les transitions (sociétales, énergétiques, écologiques et numériques) auxquelles les territoires font face.

La crise du COVID-19 a placé ces acteurs en grande difficulté. Fortement dépendantes de la commande publique, les entreprises d’ingénierie et de la maîtrise d’œuvre ont subi des baisses d'activité de 30 à 40%, dues au gel des contrats en cours, à la suspension des appels d’offres et au report des élections municipales. Malgré la reprise d’une partie de l'activité, elles resteront dans une situation financière précaire au second semestre 2020. Depuis plusieurs années, l’ingénierie privée ne cesse de perdre des parts de marché au profit de l’ingénierie publique et parapublique.

Les TPE-PME de l’ingénierie privée ont perdu environ 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires et plus de 10 000 emplois entre 2011 et 2017. Cela impacte directement la croissance et la création d’emplois dans les territoires. L’ingénierie privée de proximité est en effet un levier de croissance important pour de nombreux secteurs d’activité économique et un élément déterminant de l’attractivité économique des territoires. Dans ce contexte délicat, un décret n°2020-751 paru au Journal officiel du 19 juin 2020 est venu fragiliser encore davantage les entreprises d’ingénierie privée car il ouvre les missions de maîtrise d’œuvre, autrefois réservées aux entreprises d’ingénierie, au secteur public.

Ce décret imposé sans aucune concertation avec les acteurs entraînera de façon certaine une baisse de la commande publique pour le secteur de l’ingénierie et de la maîtrise d’œuvre privées. Une telle politique met en danger l’activité d’entreprises locales et la préservation d’emplois hautement qualifiés dans les territoires. C’est l’avenir de toute une filière dans les territoires qui est en jeu donc des pans entiers de l’économie qui sont fragilisés en plein contexte de crise. Pourtant, parmi les enseignements tirés de la crise sanitaire et économique, le retour en grâce des territoires péri-urbains et ruraux représente une opportunité pour nos métiers. Ainsi, la naissance de nouveaux projets portés par des particuliers comme des professionnels requiert conseils et expertises pour être mis en œuvre.

À la faveur d’un ancrage territorial homogène, les professionnels de l’architecture, de la maîtrise d’œuvre, les géomètres-experts, les bureaux d’études techniques et entreprises d’ingénierie sont les plus à mêmes de répondre aux exigences locales. Ce savoir-faire local, promu à l’extérieur de nos frontières, représente une fierté pour toutes les entreprises et leurs collaborateurs. Le contrôle de la qualité des prestations effectuées, la rigueur des filières de formation initiale et continue sont autant d’arguments clés que le caractère non-délocalisable de nos 1.6 millions d’emplois.

La mise en place de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) s’inscrit dans une politique cohérente et équilibrée des territoires que nous tenons à saluer. En tant que délégué territorial ANCT, vous pilotez au niveau du département, le comité local de cohésion des territoires. Conscients qu’une meilleure complémentarité entre les ingénieries publiques et privées serait à même de soutenir et renforcer la cohésion de nombreux territoires, nous souhaiterions échanger avec vous sur les moyens que nous pourrions mettre en place, pour agir ensemble au service des territoires.

Face à cette situation urgente et préoccupante et à l’heure où l’Etat entend soutenir les forces vives, l’ensemble de la filière de l’ingénierie et de la maîtrise d’œuvre privée se tient prête pour réfléchir ensemble sur des solutions concrètes et pragmatiques dans un esprit de complémentarité et au service des territoires. Vous remerciant très sincèrement de l’attention que vous porterez à notre démarche, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre haute considération.